Qu'est-ce qui a brulé à Notre-Dame ?

22 avril 2019

    Les images sur écran de l'embrasement de la charpente puis de la chute de la flèche de la cathédrale emblématique de l'identité de la France nous ont sonnés. Chacun, avec ses propres capacités de rationalisation et sa sensibilité, en ressent encore l'importance.
   Tout semble se passer comme s'il fallait se précipiter pour, vite, vite, effacer cette rupture brutale avec ce que nous avons toujours connu. Les dons d'argent à grand spectacle pleuvent (1) avant même que les braises soient éteintes. Il faut absolument reconstruire, en urgence, ce qui a été perdu ? Avant même de définir clairement de quelle perte il s'agit ? Sans prendre le temps de comprendre la portée de ce que tout le monde nomme un désastre ? Et qui est peut-être, beaucoup de lecteurs risquent de tomber de leur chaise, une chance pour comprendre enfin que c'est notre humanité toute entière qui s'écrase parce qu'elle a pris une mauvaise direction. Une flèche, bon sang, comme dans un jeu de piste, ça indique bien la direction qu'on suit. Savoir lire le panneau indicateur.
   Donner un traitement avant d'avoir établi un diagnostic autre que symptomatique, aucun médecin sérieux n'y songe.

   Le diagnostic n'est pas dans l'analyse minutieuse de ce qui a conduit à la combustion des vénérables poutres, pas plus que dans l'action admirable des pompiers (2) dont le talent a fait que la cathédrale Notre-Dame elle-même est toujours debout.
  C'est la flèche même, dominant de ses 93 mètres depuis le sol l'édifice, qui doit être interrogée. Inaugurée en 1859, comme un pur produit de l'époque Napoléon III, son architecte est Eugène Viollet-le-duc.

   Reconstruire, ou restaurer, avec la plus grande ressemblance les édifices des batisseurs médiévaux alors très délabrés (3) de la France entière n'était pas son objectif. Ce qui avait pu pousser les constructeurs à bâtir des cathédrales ou des chateaux forts, l'énergie qui leur avait été indispensable, ne l'intéressait pas. Seule comptait à ses yeux la pure technique. Appelons en renfort le précieux dictionnaire Larousse : « Sa théorie veut que la «restitution» d'un édifice soit établie en fonction des principes architectoniques dont découlent ses formes : il est ainsi amené à interpréter des monuments selon une rationalité scientifique parfois peu accordée à l'invention créatrice des constructeurs médiévaux...»
Le grand mot est lancé, pardon du vilain jeu de mot, comme une flèche. La restitution, comme il se dit d'un objet volé, avec les seuls outils repérables par la connaissance scientifique. La réalité de 2019 vient de montrer que son projet d'aller ainsi au dessus de tout ce qui a été capital dans le passé vient de s'écraser au sol sous nos yeux incrédules. La fusée nous est retombée sur la tête.

   Si cette façon de voir les choses n'est pas complétement idiote, elle doit être poursuivie soigneusement pour décider lucidement s'il faut poursuivre dans la même voie (autant que possible d'une seule voix) pour s'engager sans peur sur une voie d'une autre nature que celle du strictement matériel. Nous constatons que ce n'est pas celle de l'unique connaissance technoscientifique.
    Il faut bien lui donner un nom, même si sa charge symbolique aux contours flous peut rendre méfiant chaque rationaliste dûment cathéchisé depuis l'école. Celle de l'Esprit, quelque qualificatif que chacun décide de lui accoler. Il n'y a pas d'autre remède pouvant éviter en retour (4) un embrasement incomparablement plus destructeur.


Notes :
(1) Comme si l'argent était la seule réponse sérieuse à tous les problèmes de l'humanité. Du mesurable, du comptable, du médiatiquement clinquant, du frappant à coup sûr et parfois douloureusement les plus démunis économiquement.
(2) Le mot pompier est trompeur en Français. Depuis le Moyen-Âge, des soldats se sont spécialisés pour détruire des enceintes fortifiées en creusant des tunnels, d'où le terme de sapeurs, en vue d'y déposer des charges explosives faisant d'eux des bombiers. Bombeiros disent encore les portugais.
(3) Depuis la Renaissance, les beaux esprits ne voyaient dans le Moyen-Âge qu'une sombre époque obscurantiste. Les Romantiques issus de la tradition germanique en donnèrent leur image «revisitée».

(4) Dans la mesure où les mêmes causes produisent les mêmes effets. La médecine n'en doute guère.

    

Donner votre avis sur notre page Contact .
Ou par courriel à l'adresse suivante :
lecteurs(arobase)exmed.org


Os Court :
            « L'Homme, non pas centre statique du Monde - comme il s'est cru longtemps - mais axe et flèche de l'Évolution. »  

Pierre Teilhard De Chardin,
                                      scientifique et prêtre catholique(1955)

      Les dernières LEM

      • TROUS NOIRS, Jacques Grieu, LEM 1115
      • Médecine européenne ? François-Marie Michaut, LEM 1114
      • BASSE TENSION, Jacques Grieu, LEM 1113
      • La grande ronde des systèmes, François-Marie Michaut LEM 1112
      • COURBURES, Jacques Grieu, LEM 1111
      • Quelle " Renaissance de l'Europe " ? François-Marie Michaut, LEM 1110
      • BASISMES BASE DE DONNÉES, Jacques Grieu, LEM 11O9
      • Antisémitisme, clé systémique, François-Marie Michaut, LEM 1108
      • Intelliegence artificielle : essai d'illustration, Jacques Grieu, LEM 1007
      • Surdiagnostics, François-Marie Michaut, LEM 1106
      • AUX PETITS SOINS, Jacques Grieu, LEM 1105


        Les publications d'Exmed
        sont aussi sur Blogger

        blogger LEM