www.exmed.org  

Accéder à tous nos coups d'oeil parus depuis 2002

L'année exmed 2021

Voici les coups d'oeil d'octobre 2021 déjà parus sur le site  exmed:

17 octobre 2021
Respir
Nos amis du Québec nomment ainsi le fait de prendre sa respiration. Ce geste, vital comme pas un, deviendrait de moins en moins anodin pour nous, pauvres terriens de 2021. Cela mérite certainement plus qu'un bref compte rendu médiatique, bien entendu bourré de chiffres, ne cachant pas son contenu anxiogène.
Voici, faussement naïve, la LEM 1245 : Air de rien.
À vous de vous oxygéner, si vous le voulez bien, lecteurs
François-Marie Michaut

10 octobre 2021
Tagada, tsoin, soin
Les métiers du soin, c'est tellement plus que la technicité la plus pointue. On l'oublierait si facilement en ce moment.
Grâce aux mots bien choisis de Jacques Grieu, voici, avec de vraies paroles, un bien utile rappel pour tous de la vraie vie des vrais gens.
À vous la LEM 1244 : PETITS SOINS.
François-Marie Michaut

6 octobre 2021
Thérapies de conversion
Laisser croire au public qu'on peut « scientifiquement» transformer l'orientation sexuelle d'un être humain laisse de marbre la pensée médicale de 2021 ? Sous le nom de thérapie, il est signifié que c'est du domaine de la médecine, pourquoi pas de l'hygiène sociale, de se donner le droit de manipuler les façons de penser et d'être, estimées par certains «déviantes».
L'homosexualité n'a été rayée de la liste des perversions sexuelles en psychiatrie que dans les années 1970. Des gens, de par le monde, ne semblent pas avoir pris le métro en marche.
On n'entend guère les autres. Dangereuse aphasie, non?
François-Marie Michaut

3 octobre 2021
Certainement trop simple
Les choses qui ne reprennent pas les sujets à la mode du brouet de la communication collective finissent par oublier d'être dites. Redoutable tare que cette exclusion de fait de nos esprits les plus percutants pour notre vie à tous.
Voici donc, sans aucune prétention pédagogique ou militante, la LEM 1243 : Des choses et des hommes.
Il n'est pas interdit de la lire.
François-Marie Michaut