www.exmed.org  

Accéder à tous nos coups d'oeil parus depuis 2002

L'année exmed 2020

Voici les coups d'oeil de juillet 2020 déjà parus sur le site  exmed:

5-6 août 2020
Les virus meurent-ils?
La préconisation massive de mesures dites «barrières» quand ce n'est pas monsieur Macron qui affirme que notre pays est en guerre, l'usage massif du terme d'éradication par des organismes comme l'OMS semblent tenir pour acquis que les virus meurent. La communauté scientifique n'a pas encore réussi à déterminer si les virus doivent être considérés comme faisant ou non partie du règne des vivants. Une simple molécule d'ADN ou d'ARN entourée d'une capsule qui ne peut se multiplier qu'en parasitant une cellule. Que deviennent ces informations codantes quand elles sont comme en sommeil ? Comment et par quel mécanisme sont-elles apparues ? Peuvent-elles seulement ne plus être ou demeurer ?
La liste des interrogations est énorme. Inquiétante pour les amateurs de certitudes rassurantes, passionnante pour ceux qui peuvent constater que nous ne savons pas tout et que nous ne pouvons pas agir avec intelligence si nous ne passons pas notre vie à chercher.
Si l'on pouvait dès l'école apprendre à se méfier comme de la peste des grandes gueules ayant réponse à tout !
François-Marie Michaut

3 - 4 août 2020
Sous les masques
Les mots. Pas toujours faciles à entendre tant leur sonorité est filtrée. Pas toujours évidents à comprendre tant nous manquent les mimiques et les mouvements des lêvres cachés par le tissu sensé bloquer la transmission massive du corona virus. Notre parole sociale, peur de l'autre potentiellement contagieux en plus, semble s'atrophier avec le port obligatoire du masque.
Deshumanisation à redouter ? Un simple remède accessible : des mots qui, non «twitables», sont concoctés pour ne pas rester au premier degré de leur signification.
Voici, écrite avant la pandémie, la LEM 1182 de Jacques Grieu AVANCEMENTS.
François-Marie Michaut

31 juillet - 2 août 2020
Effet bénéfique du Covid 19?
Cela ne semble pas une plaisanterie pour Le Monde du 29 juillet 2020 : «chute surprise des naissances prématurées». De l'ordre de 70% au moment du confinement, et dans plusieurs pays disent les premières études selon le quotidien.
Qu'allons nous faire, s'il se confirme, de cet enseignement inattendu ? Quels éléments favorisants du confinement massif doit retenir la prévention de la prématurité ? Quel magnifique cadeau que de permettre à un nouveau né d'aller le plus loin possible dans sa vie intra-utérine !
François-Marie Michaut

29 - 30 juillet 2020
Contact Covid, le flop
Le gouvernement avait pensé trouver la baguette (électronique) magique pour repérer les contacts des sujets contaminés, avec confirmation biologique, par le virus Corona à la mode. Grandiose opération bien décrite par Aurélie Haroche le JIM du 27 juillet 2029 . Contact tracing : flou sur la performance du dispositif. On est fort loin des ambitions initiales.
Est-ce bien la fonction de l'assureur unique des soins de santé d'utiliser les fonds de ses cotisants obligatoires, sans les avoir consultés auparavant, pour tenter de gérer une affection sur laquelle nous savons encore si peu de choses ?
L'assureur est-il au service du gouvernement ou des malades ?
Le bruyant Ségur, exclusivement hospitalo-centré à coup d'enveloppes budgétaires, s'est bien gardé d'évoquer un tel débat national.
François-Marie Michaut

27 - 28 Juillet 2020
Hors des dépêches de presse
Tentative de navigation sur une actualité mouvante dont les utilisateurs des agences de presse ne peuvent tirer pour nous le moindre fil directeur. Le risque assumé, est de demeurer au niveau des idées générales et de ne vouloir fournir aucune de ces mesures pratiques dont nous sommes gourmands. Et régulièrement déçus.
Alors, amis lecteurs, chaussez vos lunettes critiques. La LEM 1181 Vrais et faux métiers est dans votre champ visuel.
François-Marie Michaut

24 - 26 juillet 2020
Plus tu cherches, plus tu trouves
En tout cas, dans la vie quotidienne. En est-il autrement dans les opérations à grand spectacle médiatique de dépistage du SRAS2 ? Il nous est dit, avec le ton savant alarmant de rigueu, qu'on trouve en ce moment de plus en plus de sujets «positifs» sur nos lieux de loisir. Et de comparer les chiffres avec ceux des temps antérieurs où, faute de moyens, il était pratiqué beaucoup moins de sérologies.
Si cette façon de procéder ne constitue pas un biais méthodologique, il est à se demander à quoi sert la rigueur scientifique si souvent mise en avant. Le temps fera sans pitié le tri entre les comptes et... les contes qui nous sont servis. Pour notre bien, bien entendu.
François-Marie Michaut

22 - 23 juillet 2020
T'as d'beaux yeux, tu sais
Le Covid19 n'a pas occis comme c'était prédit, mais, paradoxalement, fortifié la vitalité de l'Europe des 27. La France, reprenant une stature que nous pensions perdue à jamais, a été le moteur initial de ce phénomène de résilience. Le réel, à son habitude, saura nous indiquer ce qui en résultera.
L'occasion est belle d'ausculter ce que peut cacher le sens des mots. Europe ? La familiarité avec les mots des médecins nous éloigne de la mythologie classique. Le préfixe, grec comme il se doit, dit que c'est bien. L'eutrophie, c'est ce qui pousse droit. Le suffixe ( le r médian étant laissé de côté) est ope. Ne pouvant logiquement lui-même qu'avoir une racine grecque fait évoquer le mot opsis = le regard. L'orthopsie est l'art de corriger les dysfonctionnements moteurs des globes oculaires.
De beaux yeux ou de bons yeux, telle est la question sous-jacente.
François-Marie Michaut

20 - 21 juillet 2020
Faites de la musique
Faute en 2020 d'une fête populaire dûment covidectomisée le mois dernier, faisons avec ce que nous avons ici. Rien que des mots pour tout voyage, c'est loin d'être rien du tout. Au diable, qui n'attend qu'eux, aillent ceux qui ne savent accorder valeur qu'aux actes matériels, de préférence sonnants et trébuchants.
Une petite cure d'air salubre avec Jacques Grieu et sa LEM 1180 PARTITIONS.
François-Marie Michaut

17 - 19 juillet 2020
Jouer avec la peur
Tous les jours, et de tous les côtés, le public est abreuvé de directives et de conseils par les responsables - ou s'autoproclamant tels- de l'état de santé de la population. Au nom du dramatiquement paternaliste principe de précaution à toutes les sauces, nous devons obéir aux injonctions médiatisées.
Traditionnellement, en France, nous n'aimons pas marcher au même pas. Une seule solution pour ne pas contredire nos grands principes tricolores, et être accusés d'incompétence, actionner le levier de la peur. Les fameuses barrières, la multiplication anarchique des tests dont la signification n'est pas claire, la diffusion sans filtre d'échos scientifiques dissonants. Tout cela, le public ne peut pas en jauger la pertinence. Mais le résultat est immédiat : un climat général de peur, de méfiance, d'attente anxieuse, voir même de sidération dans la vie quotidienne.
Si le Covid19, obligé de refaire son travail de colonisation des cellules humaines qu'il vient de rater ne nous a pas tous tués, notre psychisme à tous est déjà atteint par une émotion destructrice de toute vie : la peur. Pour cela ni vaccin ni médicament miracle ne sont envisageables. Sois ton propre médecin conseillait déjà Hippocrate.
François-Marie Michaut

15 - 16 juillet 2020
La maladie de la haine
Les neurosciences ne nous éclairent guère sur ce sentiment qui dégouline en abondance de tant de comportements. Les échanges numériques sans nom comme les manifestations de groupe en font un de leurs combustibles. La volonté de destruction de l'autre ouvre la voie à toute forme de violence.
Quel type de détestation de soi-même peut conduire à une telle projection sur les autres? La question ne serait que philosophique si elle ne gangrénait pas toutes nos possibilités de relation humaine de qualité.
Hélas, ni pilule miracle, ni vaccin magique en vue. Juste une dose nécessaire et suffisante de connaissance et de mémoire.
Ce papier a été écrit juste après la conférence de presse du président Macron le 14 juillet 2020.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Roland Plumeau commente le CO du 13-14 juillet 2020 " Notre espèce menacée
'tenter de comprendre comment et pourquoi nous sommes engagés sur cette pente savonneuse ?' dites vous. Quand le pouvoir politique cède le pouvoir aux scientifiques on est sur cette pente savonneuse. En l'occurence le 'conseil scientifique' ,créé de toutes pièces à l'occasion de l'épidémie covid 19, est devenu le pouvoir (malgré toutes les précautions de son responsable!). Le pouvoir s'est retranché derrière les conclusions de ces seuls experts... Comme disait E. Renan (cité par De Villiers, Les Gaulois réfractaires) : Le scientisme se propose d'organiser scientifiquement l'humanité'. Les experts sont indispensables mais ils ne doivent jamais se substituer aux politiques. En effet les experts ne sont pas toujours d'accord entre eux ...


D.B-R commente la LEM 1179 Homo survivra-t-il ?
Oui, « nous n'avons plus de cohérence dans nos discours », mais quand on indique la cohérence de la Connaissance au même M. Reynié, avec la boussole initiatique, on se heurte à ce que so nom indique,
le renié. Et je le comprends, car il lui faudrait réviser ses critères de pensée, et il ne pourrait plus passer pour le politologue expert des diagnostics de l'évidence…
Homo survivra, si tant est qu'il reste quelques individus post-covidiens à bord de la planète…
DBR

Juliette Goldberg (Jérusalem) répond ainsi à la LEM 1179:
Nous devenons de plus en plus égoïstes et pensons qu'il le faut vraiment pour survivre!

13 - 14 juillet 2020
Notre espèce menacée
Si on veut bien s'extraire du seul domaine sanitaire avec qui tout s'est déclanché, la tempête qui s'annonce pour l'humanité entière peut faire de nous l'équivalent des animaux en voie de disparition accélérée. Rester sans rien faire ou tenter de comprendre comment et pourquoi nous sommes engagés sur cette pente savonneuse ?
Sans catastrophisme facile, la LEM 1179 ose mettre son grain de sel avec    un Homo survivra-t-il ? pour alimenter les reflexions propres à chaque lecteur témoin.
François-Marie Michaut

10 - 12 juillet 2020
Curieuse «coviderie»
Paradoxalement, notre pandémie non achevée, a réussi à vider les cabinets médicaux des généralistes et des spécialistes. Peur de la contamination, c'est compréhensible, on annule ses rendez-vous. Cependant, aucune affluence particulière dans les services médicaux ou chirurgicaux chargés des urgences durant tout le confinement ou depuis sa fin.
Plus surprenant encore, le nombre de personnes qui ont renoncé à ce que les technocrates nomment vilainement leur parcours de santé : les cabinets, faute de demandes demeurent en large sous activité.
Serions-nous devenus au fil du temps plus «médicalisés» que nous n'en avons réellement besoin, "médicaddicts" ? Trop de soins tueraient donc les soins ?
La question qui fâche est posée.
François-Marie Michaut
----------------------------
Parole des lecteurs
Roland Plumeau commente le CO du 8-9 juillet 2020 " Ségur s'égare "
En écho à ce propos de FMM : ---- - Les 'ismes' de la descente aux enfers de la médecine à la française ! Citons le courtermisme, l'hospitalocentrisme et le centralisme administratif. Il n'en fallait pas plus pour voir notre système de santé se ranger au rang le plus bas du tableau mondial. (malgré des praticiens hors-pairs )

8 - 9 juillet 2020
Ségur s'égare
Constat brut : le Ségur de la santé est atteint d'hémiplégie. Ne s'occuper que des hôpitaux publics, aussi nécessaires et urgentes que soient les modifications majeures à apporter à la fonction publique hospitalière, est systémiquement indéfendable. Les structures de soin privées, les cabinets de médecine générale et les spécialistes de ville sont-ils destinés à périr dans une grandiose étatisation à venir ?
La formation de nos médecins, tous nos médecins publics comme privés, est-elle adaptée aux besoins de notre société actuelle ? Les relations avec les pouvoirs financiers s'agitant autour du pactole de «la santé» sont-elles claires et justes ? Oui, Ségur s'égare, parce que Ségur (pauvre contesse) se goure. En traitant les effets sans toucher à la cause.
Une absence de pensée globale condamne toute action locale.
François-Marie Michaut

6-7 juillet 2020
Tourner la page
Sur fondde photos de statues de gloires d'antan déboulonnées en public, vers quel genre d'amnésie collective risquons-nous de courir ? LE devoir de mémoire doit-il être sélctif ? tout autodafé signe, hélas, son inquisition.
Jacques Grieu propose la LEM 1178 PLUS BLANC QUE BLANC TIR à BLANC.
Bonne lecture.
François-Marie Michaut

3 - 5 juillet 2020
Juges et partis
La crise sanitaire est loin d'être achevée en France que nos députés ont convoqué plusieurs anciens ministres de la santé devant une commission d'enquête parlementaire. Cela, plaidoiries comprises, ressemble fort à un travail judiciaire.
Nuance, ici la ligne directrice n'est pas le droit mais l'intérêt des partis politiques dont se réclament nos parlementaires.
Juge et partie ça fait tousser. Partis et justice, la cause est entendue d'avance.
Mélange des genres quand tu nous tiens !
François-Marie Michaut

1 - 2 juillet 2020
Vert, nouveau crédo
La mouvance écologique a dominé nos dernières élections locales en France. Ce qui nous intéresse ici, c'est la priorité affichée de la prise en compte de la santé de l'ensemble du système fragile que constitue notre environnement en interaction avec nos activités. Est-ce une nouvelle métaphysique ou une façon rusée de faire marcher les foules ?
Nous voici contraints, désormais, de penser systémiquement. Petit hommage au pionnier français ( de naissance,) de l'écologie René Dubos ( inventeur du premier antibiotique - la gramicidine- breveté dès 1940) avec sa devise : «Penser globalement, agir localement».
Virage systémique confirmé, c'est un préalable pour l'ouverture des esprits. Un premier pas, c'est trop léger pour croire qu'on est en marche.
François-Marie Michaut